Mise au point sur la fatigue

Mise au point sur la fatigue

Les coureurs de nos grandes métropoles sont souvent des gens ayant une vie bien remplie professionnellement comme personnellement. Ils sont souvent venus à la course à pied car ils peuvent la pratiquer quand ils le souhaitent lors des rares moments libres de leur agenda.
La contrepartie de nos vies trépidantes est l accumulation de fatigue qui va influencer nos performances.
Voyons comment:

Le meur, Skein et Duffield ont parfaitement décrit en 2013 l influence de la perte de sommeil. La perte de sommeil entraîné des symptômes s apparentant au sur entraînement avec une diminution de performance globale sur le long terme. Cela provient entre autre du fait que le sommeil profond est la phase où nous sécrétons l’hormone de croissance nécessaire à la régénération tissulaire. Nous retrouvons également une augmentation des cytokines pro inflammatoires qui vont perturber notre système immunitaire. La perte de sommeil va aussi s’accompagner d’une diminution de nos capacités cognitives qui seront ralenties et moins pertinentes.
Une nuit de moins de 8h augmente le risque de blessure de 1,7
Une nuit de moins de 7h entraîne d un point de vue cognitif une baisse de temps de réaction, de mémoire et de prise de décision.
Une bonne nuit de sommeil après une séance permet une meilleure acquisition motrice puisque notre cerveau va retravailler les pattern moteur au cours du sommeil.
Une exposition de deux heures aux lumières des ordinateurs et tablettes réduit de 22% la melatonine et va affecter le sommeil.
Les spécialistes s’accordent sur la nécessité d’au moins 8h de sommeil.
L’etude de Milewski en 2014 montre que le risque de blessure est multiplié par 1,7 en dessous de 8h de sommeil. Le pire étant sur les nuit de 6h statistiquement.

Comment cela va t’il se traduire en pratique?
La fatigue va induire une sensation de fatigue, de perte d’energie avec une baisse de nos performance en endurance, une baisse de qualité de nos session de fractionné sûrement due à une baisse de nos capacités cognitives. Cela peut nous amener à des sensations de surentraînement. Notons quand même qu’un run de temps à autres en situation de fatigue peut nous amener à forger un mental, mais attention au risque de blessure et de surentraînement.

Quels en sont les causes?
D’un point de vue physique, on reconnaîtra une mauvaise alimentation, blessures, infections, perturbations hormonales
D’un point de vue psychologique : examens, perte de confiance, stress au travail, sport et dans la vie personnelle, perte de motivation..
Qualité de la literie, ambiance sonore, lumineuse (attention encore aux écrans avant le coucher)

Quels sont les signes d’un manque de sommeil?
Forte perception de fatigue bien sûr, avec une réduction de nos performances mentales et physiques
Baisse du rythme cardiaque à tous les régimes (repos comme activité)
Plus grande sensibilité aux infections
Augmentation de notre taux de lactates lors des efforts maximaux et sous maximaux.
Mauvaise humeur et irritabilité

Notre sommeil est un élément capital qui va conditionner nos performances mentales et physiques,